NIFEDIPINE
ADALATE®

Easy Prep Pédiatrie 15 juillet 2020

Posologie
Cardiomyopathie hypertrophique (forme non LP) (1, 3) :

0.6 à 0.9mg/k/jour en 3 à 4 prises

Crise hypertensive (forme non LP) (2, 3) :

0.25 à 0.5mg/kg/dose toutes les 4 à 6 heures
Dose maximale : 2mg/kg/jour

Hypertension artérielle, traitement chronique (1, 2, 3, 4) :

0.25 à 0.5 mg/kg/jour en 1 ou 2 prises (forme LP)
Dose maximale : 3 mg/kg/jour ou 180mg/jour (forme LP)
0.25mg/kg 3 fois par jour (forme non LP)

Général

Indications

Ce médicament est indiqué dans le traitement de l’hypertension artérielle et de la cardiomyopathie hypertrophique.

Classe pharmacologique

Inhibiteur calcique sélectif à effet systémique prédominant, dérivé de la dihydropyridine

Liste

1

Classe ATC

C08CA

Spécialités existantes

ADALATE® 10mg capsule molle
ADALATE LP® 20mg cp
CHRONADALATE® LP 30mg cp osmotique pelliculé
Génériques disponibles
Il existe une solution orale Nifédipine® Ratiopharm 20mg/ml (ATU). Cette forme n’est pas une forme galénique retard. Une adaptation posologique est nécessaire en cas de passage de la forme retard à Nifédipine® Ratiopharm 20mg/ml

Approvisionnement

Matière première disponible pour la forme à libération immédiate.
Matière première non disponible pour la forme LP.

PCP

Pharmacopée européenne: OUI

C.I.

Contre-indications

Ce médicament est contre-indiqué en cas :

  • D’hypersensibilité connue à la nifédipine,
  • De choc cardio-vasculaire.
Interaction

Ce médicament ne doit pas être associé avec le diltiazem ni avec la rifampicine (inducteur CYP 450)

Précautions d'emploi

En cas de constipation sévère, il est conseillé d’administrer des lubrifiants pour éviter l’aggravation excessive de la constipation.

Effets indésirables

Risque d’hypotension et de décompensation d’une insuffisance cardiaque, céphalées, œdème, vasodilatation, constipation, malaise, asthénie.

Forme galénique

La préparation est réalisable:

  • Sous forme de gélule.

Les gélules peuvent être ouvertes et leur contenu dispersé dans l’alimentation ou un peu de liquide pour faciliter leur administration.

  • Sous forme de suspension buvable:
    1. A la concentration de 4 mg/ml dans le Syrspend PH4®. Cette suspension peut être réalisée sans arôme ou avec les arômes suivants: cerise, fraise, framboise, banane, vanille, orange.
    2. A la concentration de 4mg/ml dans un mélange à parts égales Ora Plus®/Ora Sweet® (arôme agrumes-fruits rouges)

Mécanisme d'action

La nifédipine est un antagoniste du calcium appartenant à la famille des dihydropyridines. La nifédipine inhibe sélectivement, et à très faibles concentrations, l’entrée des ions calcium au niveau des canaux voltage-dépendants de type L. Cette action s’exerce essentiellement sur le muscle lisse vasculaire et à moindre degré au niveau du muscle cardiaque.

En inhibant l’entrée du calcium dans le myocyte cardiaque la nifédipine, comme les autres inhibiteurs calciques, est inotrope négatif.

Cet effet normalement neutralisé par la stimulation réflexe des systèmes sympathique et rénine-angiotensine, consécutive à la désactivation des baroréflexes.

La nifédipine diminue le tonus vasculaire artériel par ce mécanisme et entraîne une vasodilatation périphérique et coronaire. Dans des conditions normales de perfusion coronaire, la diminution de la post-charge engendrée par la nifédipine concourt à une diminution du travail cardiaque et de la consommation en oxygène du myocarde, normal ou ischémique.

La nifédipine, en dilatant les artères coronaires de l’endocarde et de l’épicarde, assure une augmentation des apports en oxygène au coeur.

Surdosage

Les symptômes suivants sont observés en cas de surdosage :

Une augmentation de la fréquence cardiaque, une hypotension, des troubles du rythme cardiaque à type de bradycardie/tachycardie, un choc cardiogénique avec œdème pulmonaire, une hyperglycémie, une acidose métabolique, une hypoxie, des troubles de la conscience pouvant aller jusqu’au coma.

En cas de surdosage, la priorité est basée sur l’élimination de la substance active et la restauration d’une stabilité cardiovasculaire.

L’hémodialyse n’est pas utile, car la nifédipine n’est pas dialysable, cependant, une plasmaphérèse est envisageable (compte tenu de la fixation importante aux protéines plasmatiques et du volume de distribution relativement faible).
Dans tous les cas informer de la prise concomitante de bêta-bloquants.

Notice

Vous trouverez sur le lien suivant une notice directement téléchargeable et imprimable à destination de vos patients.

Notice

Ref.

Références bibliographiques

(1) Fabien Bruno. 2012. Doses maximales et doses usuelles en pédiatrie. 1ère édition. Paris. Les éditions porphyre. P. 103

(2) Carol k. Takemoto, Jane H. Hodding, Donna M. Kraus. 2016. Pediatric and Neonatal Dosage Handbook. 23ème édition. Wolters Kluwer. p.1314

(3) Ricardo Munoz,Carol G. Vetterly,Stephen J. Roth,Eduardo da Cruz. 2008.  Handbook of Pediatric Cardiovascular Drugs. Ed. Springer 2008. p.92

(4) Pietremont C. 2010. Traitement de l’HTA de l’enfant. Réalités cardiologiques. Disponible surhttps://www.realites-cardiologiques.com/wp-content/uploads/sites/2/2010/11/063.pd [consulté le 22/03/2018]

CLASSE PHARMACOLOGIQUE

INHIBITEUR CALCIQUE SÉLECTIF À EFFET SYSTÉMIQUE PRÉDOMINANT, DÉRIVÉ DE LA DIHYDROPYRIDINE

FORME GALÉNIQUE RÉALISABLE EN PRÉPARATION MAGISTRALE

GÉLULE / SUSPENSION BUVABLE